poster

Une petite nouvelle au pensionnat qui a un sacré potentiel !

Lire la suite

Punie par son père, Alice, jolie étudiante de 19 ans, est envoyée au Russian Institute, un établissement scolaire très « sélect » où la discipline est particulièrement stricte. Là, elle va notamment faire la connaissance de la directrice qui, si elle est une superbe femme aux formes généreusement mises en valeur par son tailleur noir, n'en est pas moins l'une des personnes les plus sévères qu'elle ait rencontré au cours de sa scolarité.

Entre fellation baveuse dans les bois, étreintes lesbiennes entre copines dans les chambres le soir et expériences anales avec les professeurs, Alice, la petite nouvelle, va finalement parvenir à se faire sa place et à s'apercevoir que, tout compte fait, la vie au Russian Institute est bien agréable?

Le + edito

Le + edito

“Ca vaut vraiment le détour !”

Pour le vingtième volet de sa prestigieuse série de "Russian Institute", le réalisateur Hervé Bodilis a donné rendez-vous à son équipe dans une luxueuse bâtisse située à quelques dizaines de kilomètres de Budapest, dans l'arrière-pays hongrois. C'est ici qu'il a fait venir quelques jeunes actrices locales, mais aussi trois Françaises que vous connaissez maintenant bien : Tiffany Doll, Jessyca Wilson et la grande Anissa Kate. Forcément, dès que la rédaction du Dorcel Mag a appris la présence de ces trois stars hexagonales au casting de ce "Russian Institute - la nouvelle", elle s'est empressée de dépêcher une équipe de reporters sur place.

Contrairement aux tournages ayant lieu aux alentours de Paris, pour lesquels nous avons la mauvaise habitude d'arriver constamment en retard, nous sommes à l'heure pour ce vingtième "Russian Institute". Nous sommes même arrivés la veille au soir, c'est vous dire. Ainsi, Hervé Bodilis a pu nous présenter l'ensemble du casting de sa journée du lendemain puisque - nous nous en rendons compte rapidement - nous ne connaissons pas toutes les actrices. Alexis Brill par exemple, qui doit ouvrir le bal demain matin avec une scène en extérieur, est une jeune et belle Hongroise que nous
n'avions encore jamais rencontrée. Idem pour Daniella Rose, la jolie brune aux airs innocents tenant le rôle de la fameuse "nouvelle" de ce "Russian Institute". Anissa Kate, Tiffany Doll et Jessyca Wilson, en revanche, nous les connaissons bien, et c'est un plaisir - comme toujours - de les retrouver et de partager un bon repas avec elles et toute l'équipe. Mieux vaut prendre des forces, la journée de demain s'annonce longue...

Le matin, alors que tout le monde est en train de préparer son matériel et ses affaires dans le hall du bâtiment, Alexis Brill arrive dans son petit uniforme d'étudiante du pensionnat : collants, jupe écossaise, chemise blanche, le tout accompagné d'un petit déhanché discret mais très excitant. Nous nous regardons tous avec un petit sourire en coin... Cette promo fin 2014 du Russian s'annonce pleine de promesses !
Alexis nous confirme ça dans les heures qui suivent en nous offrant une superbe prestation hard en plein air, au cours de laquelle elle offre sa croupe ferme et attirante à la langue et à la queue tendue de son partenaire. Elle finit par atteindre la jouissance, allongée aux pieds du dit partenaire, en train de se caresser en le regardant avec
une excitante insistance. Que c'est beau !

Le reste de la journée sera consacré à la mise en boîte de deux scènes anales, la première avec Anissa Kate et la seconde avec Daniella Rose. Anissa interprète la sévère directrice du pensionnat et, au début de sa scène, elle punit deux étudiantes en les obligeant à mutuellement se donner la fessée sous le regard du prof de gym. Une fois la correction terminée, les deux jeunes femmes quittent le bureau, mais Anissa, ayant remarqué le désir durcir ostensiblement dans son short, retient l'éducateur sportif et se met à le sucer. S'ensuit une incroyable séquence de sodomie menée littéralement d'une "main de maîtresse" par une Anissa en grande forme. On ne se lasse décidément pas de voir sa généreuse volupté en mouvement lorsqu'elle subit les assauts virils de son partenaire en hurlant de plaisir... Et pour finir en beauté, elle fait jouir l'homme avec ses seins lourds... Quel spectacle !

A 22 ans, la jeune Daniella Rose vient tout juste de débuter sa carrière dans le porno. Remarquée par Hervé, notamment grâce à ses apparitions dans deux films de Philippe Soine, le réalisateur a vite senti le potentiel de cette petite Hongroise et lui a offert un rôle à la hauteur de son appétit sexuel... Incarnant "la nouvelle" du pensionnat - un rôle idéal pour cette jeune femme au joli minois et au corps menu et élancé -, Daniella doit tourner la scène anale qui clôt le film. Comme Hervé nous l'a confié dans de précédentes interviews, "il est toujours risqué de tourner avec une débutante, surtout une Française. Mais ici, en Hongrie, il est très rare que j'ai de mauvaises surprises". Une déclaration que s'empresse de confirmer Daniella, la jolie petite brune ayant terminé sa scène en moins d'une heure. Son secret ? "J'adore la sodomie. Quand on prend vraiment du plaisir, c'est toujours plus facile !"

Pendant le dîner, le soir-même, après le tournage de la scène de Daniella, Hervé attise notre curiosité. "Il y aura une petite surprise pour vous demain. Je suis sûr que ça va vous plaire !" Intrigués, nous arrivons le lendemain sur le plateau de la première scène du jour. Tiffany Doll doit faire une scène anale. Jusque-là, rien de vraiment surprenant. Tiffany Doll et la sodomie, c'est une histoire d'amour qui dure depuis bien longtemps, et la Française délivre sa scène avec autant de maîtrise et de plaisir qu'à son habitude. A la première prise, la scène est dans la boîte. Hervé entraîne alors son équipe dans l'une des chambres à coucher où doit avoir lieu la prochaine et dernière séquence du tournage. Alors que tout le monde se prépare, trois actrices en uniforme entrent dans la pièce : la Tchèque Leony Aprill, la Française Jessyca Wilson et... non, c'est pas vrai... Et si, c'est bien elle ! Eufrat ! La sublime Eufrat, cette Tchèque au corps de rêve spécialiste des scènes lesbiennes... Nous nous tournons vers Hervé avec des étincelles dans les yeux, tels des enfants un matin de Noël. "Je vous avais dit que ça allait vous plaire...", nous dit-il, un sourire malicieux aux lèvres. Et comment ! Nous nous étions effectivement "plaint" auprès d'Hervé - avec tous les guillemets qu'il faut y mettre - de ne plus voir notre lesbienne préférée dans ses films depuis trop longtemps. Et la voilà qui débarque avec son sourire ravageur, revêtue de l'uniforme du Russian Institute, pour nous offrir un trio lesbien de toute beauté en compagnie de Jessyca et de Leony, ainsi que d'un sex toy surdimensionné. Les orgasmes saphiques ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez... Merci, Hervé ! Merci pour tout...

 

Oui, encore une fois, le réalisateur dorcélien nous a gâtés plus que de raison, et nous vous recommandons chaudement d'aller découvrir son nouveau film ce mois-ci. Ca vaut vraiment le détour !