poster

Les secrets du plaisir sous toutes ses formes

Lire la suite

Ces six superbes étudiantes de 19 ans en uniforme ont une grande soif d'apprendre les secrets du plaisir sous toutes ses formes.

Cette année sera l'année de toutes les découvertes. Alors que certaines s'abandonnent au plaisir du sexe à plusieurs avec leur professeur, d'autres préfèrent s'amuser entre elles et se donner des orgasmes saphiques? Même la sévère directrice ne pense qu'à jouir ! C'est le pensionnat de toutes les débauches.

Ces deux charmantes étudiantes rêvent depuis longtemps du jeune professeur de musique. Aujourd'hui, elles vont aller au
bout de leur fantasme et connaître les joies du plaisir en groupe et de l'orgasme anal?

Alors que les élèves sont en train de s'amuser dehors, la directrice en profite pour aller sentir les petites culottes des étudiantes en se masturbant. Surprise par deux professeurs, cette perverse expérimentée leur offrira ses deux superbes orifices en même temps par le biais d'une double pénétration spectaculaire.

Quant à Emy, c'est en compagnie de son professeur de Sciences qu'elle est sur le point de découvrir les délices de la sodomie sauvage. La grosse queue de son enseignant va lui ouvrir les portes d'une jouissance dont elle ne soupçonnait même pas l'existence.

Making Of

Le + edito

Le + edito

“Perversité, sodomies à gogo, casting somptueux”

Porté par les succès de ses précédentes réalisations comme "Les gros seins de l'infirmière" ou "Maximum Orgy", le jeune metteur en scène Franck Vicomte est en train de s'installer petit à petit comme un incontournable de la maison Marc Dorcel. Pour preuve, la sortie cet été, au mois d'août pour être tout à fait précis, de son tout nouveau film, intitulé "Le dortoir des filles". Au menu, des petites étudiantes en uniforme, des batailles de pelochons, des initiations à la sodomie et une directrice très, très sévère. Nous vous racontons en ces pages le tournage de cette nouvelle production qui ravira les amateurs de films pervers à souhait.

C'est dans une superbe et luxueuse bâtisse située dans les environs de la capitale hongroise Budapest que le réalisateur Franck Vicomte et son équipe ont posé leur matériel pour mettre en boîte une nouvelle production Marc Dorcel intitulée "Le dortoir des filles". Cette bâtisse figure un pensionnat d'excellence pour jeunes filles qui accueille une armée de petites élèves issues de la bourgeoisie, des professeurs sérieux mais certainement pas inébranlables et une directrice dont la sévérité n'a à peu près d'égale que son insondable perversité.

Une seule scène hard est planifiée lors de la première journée de tournage, qui va majoritairement servir à filmer des scènes de comédie et des plans de l'établissement, et à shooter la future jaquette du film. Pendant que toutes les actrices sont réunies au maquillage, Franck et son équipe commencent à mettre en boîte des plans des couloirs et des différentes pièces, tout en planifiant les endroits où vont se dérouler les futures scènes.

Pour la jaquette du film, Franck a réuni toutes les actrices dans le dortoir de l'établissement. Plusieurs poses sont essayées : filles assises sur le lit, filles debout devant, avec leur uniforme, les seins à l'air, etc. Pendant qu'il y est, il prend aussi des images du dortoir pour le film. Afin de faire un travelling avant (pour donner au spectateur l'impression de véritablement rentrer dans la pièce), Franck filme assis dans un fauteuil roulant poussé par un assistant. A l'écran on n'y voit que du feu...

Fin d'après-midi, il est temps de tourner la première scène hard. La Française Cristale Rock incarne la directrice surprise par deux professeurs tandis qu'elle est en train de fouiller dans les petites culottes de ses élèves. Une double pénétration s'ensuivra, au cours de laquelle la belle se donnera à fond, pour le plus grand plaisir du réalisateur.
La deuxième journée de tournage commence par une surprise : il a neigé durant la nuit (le tournage s'est déroulé en mars). Pendant que l'équipe prépare les éclairages pour la première scène hard, le réalisateur aperçoit par la fenêtre trois actrices en pleine bataille de boules de neige. Voilà une bonne idée pour le film ! Les trois belles sont envoyées enfiler leurs petits uniformes et reprennent donc leur bataille, mais devant la caméra cette fois !

La première scène hard du jour est un trio lesbien réunissant trois somptueuses hardeuses, Aleska Diamond, Blue Angel et Abbie Cat. Aussi cochonnes qu'elles sont superbes, les trois stars savent se donner du plaisir et la scène est du coup mise en boîte en un temps record. La deuxième scène verra notre Française Emy Russo se faire longuement sodomiser par l'expérimenté James Brossman sous les yeux de la directrice.

C'est lors de la troisième journée de tournage que Franck Vicomte va shooter ce qui sera en réalité la scène d'ouverture du film. Les magnifiques Sophie Lynx et Amira Adara jouent deux petites étudiantes en musique qui vont tenter de faire craquer leur beau professeur. Inutile de dire qu'elles ne vont pas faire que tenter... Présentes depuis le premier jour sans avoir encore tourné de scènes hard, Sophie et Amira sont chaudes comme la braise. Tandis que les techniciens installent tout le matériel, elles chauffent leur partenaire, un tout jeune acteur russe qui, inutile de le dire, sera du coup lui aussi plus que prêt à en découdre quand le réalisateur criera "action !". La scène est tournée dans une totale bonne humeur. Les deux actrices s'entendent comme larronnes en foire et leur partenaire est obligé de demander deux fois au réalisateur une coupure pour ne pas risquer de jouir trop vite... La dernière scène hard sera tournée en fin d'après-midi. Elle verra notamment la directrice Cristale Rock pratiquer une fellation aussi profonde que royale sur le jardinier de l'établissement. Petites en uniformes, perversité, sodomies à gogo, casting somptueux, "Le dortoir des filles" est un film à voir.