poster

Les frasques sexuelles d'une jeune fille riche.

Lire la suite

Monsieur Castle est, avec sa femme Patricia, à la tête d'un véritable empire médiatique. Tout leur réussit dans la vie, ils sont beaux, ils sont amoureux, ils sont très riches, ils volent de succès en succès et les journalistes sont à leurs pieds. Seulement voilà, Monsieur et Madame Castle ont une fille très turbulente, Lana. Véritable oiseau de nuit, Lana court de soirées en réceptions mondaines, sautant sans réserve et sans tabou aucun sur tous les mecs qu'elle croise et qui lui plaisent. Mais un soir, tandis qu'elle est en train de s'offrir fougueusement au beau Johnny dans les toilettes d'une discothèque, Lana se fait surprendre par un paparazzi. Evidemment, le cliché de la belle en pleine action sexuelle fait immédiatement le tour du monde, jetant ses parents dans un embarras d'autant plus énorme que, loin de l'avoir calmée, cette photo volée pousse Lana à plonger encore davantage dans le vice. L'empire de ses milliardaires de parents résistera-t-il à ses frasques ? A moins que la perversité et la sexualité débridée de Lana ne soient précisément ce que le public a envie de voir dans les médias?

Making Of

Le + edito

Le + edito

“ L'Europe du X est vraiment en marche...”

C'est un tout nouveau réalisateur, le jeune Dick Bush, que l'équipe du Dorcel Mag a rencontré sur le plateau de tournage de "La fille du milliardaire", son tout premier film pour le compte de Marc Dorcel. Un plantureux casting en grande partie anglais était également de la partie. L'occasion de constater que l'Europe du X est vraiment en marche... 

A la rédaction du Dorcel Mag, vous pouvez nous croire, on en connaît un petit rayon en matière de porno, et encore davantage en matière de porno strictement européen. Pourtant, quand le Rédac' Chef nous a tendu des billets d'avion en nous disant "voilà les gars, vous partez dans deux jours en Angleterre sur le tournage du tout premier film de Dick Bush pour le compte de Marc Dorcel", nous nous sommes regardés les uns les autres avec incrédulité. Dick qui ça ? Hein ? "Oui les gars, Dick Bush, une jeune mec qui vient de réaliser un super film pour les Américains de Digital Playground...". 

N'écoutant que notre conscience professionnelle, nous fonçons donc sur le site Web de Digital Playground pour en savoir un peu plus. Et là... eh bien là nous ne trouvons le nom de Dick Bush absolument nulle part. Bon eh bien tant pis, il va bien falloir accepter de partir à la rencontre d'un réalisateur dont nous n'avons jamais entendu parler et dont aucun d'entre nous n'a jamais vu le moindre film. Mystère donc... 

En arrivant finalement de l'autre côté de la Manche 48 heures plus tard, nous tombons en plein milieu du tournage d'une scène hard. Et pour le coup, on peut dire que Dick Bush a sorti le méga grand jeu en ayant reconstitué en extérieur une vraie réception mondaine avec stands, petits fours, fanions et invités tous richement vêtus. Mais c'est dans un coin du décor, juste derrière le stand le plus à droite, que se déroule l'action qui nous intéresse. A genoux entre trois mecs, dont un bien baraqué et bien tatoué, une plantureuse blonde est en train de réaliser un véritable festival de fellations, passant d'une queue à l'autre, les regardant, les léchant de bas en haut, crachant dessus, puis les avalant entièrement comme de vulgaires sucres d'orge. Mais où sommes-nous donc tombés ? Qu'est-ce que c'est que ce décor, qui est ce réalisateur, et surtout qui est cette actrice au regard de chienne à faire passer la hardeuse de base pour une nonne ? 

Lorsque la scène se termine finalement par l'éjaculation abondante des trois bienheureux acteurs, les présentations peuvent enfin être faites. Dick Bush est un jeune homme d'une petite trentaine d'années qui, physiquement, ressemble presque plus à une star du rock qu'à un réalisateur de X, et ce même s'il semble assez timide. La bombe très plantureuse qui nous a littéralement détaillés des pieds à la tête lorsqu'elle nous a vus est une actrice anglaise, et se nomme Sienna Day. Sa scène à peine finie, elle regrette en riant de n'avoir eu à faire que des pipes dans cette première séquence, et affirme bien haut qu'elle est déjà très impatiente de tourner sa première "vraie" scène hard complète cet après-midi. Voilà un bien beau tempérament... 

En attendant le véritable festival sexuel que va en effet nous offrir Sienna Day quelques heures plus tard, nous discutons un peu avec Dick Bush. Il nous apprend bien vite qu'en réalité il n'est que l'un des composants d'un quatuor de professionnels, quatuor dont chacun des membres est un maillon important de la création du film. Dans ce quatuor, outre lui-même, il y a Kaizen, qui est le producteur et en quelque sorte le maître d'œuvre, Liselle, une super régisseuse qui organise tout à la perfection (et a même un petit rôle totalement soft dans le film, celui d'une présentatrice télé), et Chris, responsable des images vidéo et photographiques. Les quatre ont vraiment l'habitude de travailler ensemble depuis un bon moment, mais même si c'est son seul nom qui apparaît finalement sur la jaquette du film, Dick Bush insiste bien sur le fait que le film est l'œuvre des 4 personnes travaillant ensemble et pas la sienne propre. Un réalisateur altruiste et sans égo, décidément les Anglais sont des gens surprenants. 

L'après-midi même, nous voilà cette fois dans une ambiance très différente mais tout aussi luxueuse. Ce coup-ci, l'équipe du film pour sa deuxième scène du jour a carrément loué... une discothèque ! Des dizaines de figurants ont été recrutés pour pouvoir filmer une soirée qui fasse parfaitement crédible à l'écran. Pendant que tout le monde boit et commence à danser, Dick et Chris multiplient les plans vidéo chacun de leur côté avec leur caméra. Il faudra près de deux heures en tout pour mettre en boîte cette séquence qui finalement à l'écran ne dure pas beaucoup plus qu'une minute. C'est
ça le cinéma... 

Finalement, le soir tombant, toute l'équipe du film a rendez-vous dans les toilettes de l'établissement pour enfin pouvoir tourner la scène de sexe de Sienna Day. Laquelle va être épique, pas moins. Il faut dire que Dick Bush a eu la bonne idée, pour être totalement à la hauteur de cette véritable affamée, de faire venir personne d'autre que notre Mike Angelo national en personne. Mike, comme Sienna, est arrivé sur le tournage la veille. Cela fait donc maintenant 24 heures que les deux se regardent, se "reniflent", se chauffent l'un l'autre, et le font d'autant plus intensément que l'équipe du film a été stricte : interdiction de baiser avant la scène, afin qu'au moment où celle-ci commence les deux aient follement envie l'un de l'autre et se jettent littéralement l'un sur l'autre. Et c'est ce qui va se produire ! Dire que la scène de Mike et Sienna va faire des étincelles est un doux euphémisme : Sienna dévore littéralement la queue de Mike, Mike va retourner Sienna dans tous les sens et la pistonner comme un possédé pendant de longues minutes. Que le réalisateur demande de faire une pause pour réajuster les lumières ou changer la batterie de sa caméra, les deux n'en ont cure : que la caméra tourne ou pas, eux continuent à baiser. Après tout ça faisait 24h qu'ils attendaient ça. 

Dans un premier temps nommé "Ma fille est une putain", titre finalement changé en "La fille Milliardaire", ce film est vraiment à voir en ce début 2015. Le scénario tient la route, la réalisation est superbe, et les scènes hard sont toutes au niveau de ce face-à-face Sienna Day/Mike Angelo.