poster

La plus grande production X européenne de ces dernières années.

Lire la suite

« Ne t’avise jamais de toucher à ma fille ! » Après une dispute violente avec sa nouvelle épouse, Marc Seragano, célèbre banquier luxembourgeois, quitte le domicile et rejoint sa maîtresse, Nikita, pour s’adonner à des jeux SM des plus pervers.

Il est retrouvé mort, et tout semble accuser la dominatrice.

Sa jeune et délicieuse fille Cara se jure de découvrir la vérité, et ce quel que soit le prix à payer. Convaincue de l'innocence de Nikita, elle lui demande son aide pour retrouver les véritables assassins.

L’ombre d’une organisation secrète plane sur leur enquête. Les deux jeunes femmes font une descente aux enfers, offrant leurs corps sublimes à des salopards en échange d’informations, acceptant toutes les pratiques les plus malsaines pour gagner la confiance de ce milieu clandestin… De pipes dans les bas-fonds à des partouzes dans les plus luxueux domaines, Cara et Nikita nous conduiront jusqu’au Manoir où se déroulent des rites sexuels inavouables.

« L’héritière » est un blockbuster porno qui révolutionne le film X. Avec un budget colossal, des actrices sublimes et naturelles, de Paris aux cimes des Alpes, la réalisation ultra moderne vous tiendra en haleine et vous excitera comme jamais.

Le + edito

Le + edito

“Interview Hervé Bodilis”

"L'héritière, un fantasme qui nous tient à cœur..."

 

 

Dorcel Mag : Comment est née l'idée de base du film ?

Hervé Bodilis : On est partis d'un personnage de bourgeoise qui nous tient beaucoup à cœur chez Dorcel. On l'a imaginée héritière car une héritière est à la fois une femme de pouvoir puisqu'elle hérite de quelque chose de gros et une femme fragile puisqu'elle vient de vivre un deuil. Et une femme forte et fragile est toujours un bon personnage pour permettre de développer des fantasmes à l'écran.

 

Comment avez-vous ensuite développé votre scénario autour de ce personnage ?

Avec Pascal Lucas, on a tout de suite pensé à Cara St Germain pour le rôle de "L'héritière", et au départ on voulait vraiment centrer tout le film autour d'elle. Et puis j'ai eu envie de créer un deuxième personnage, je voulais que ce soit un duo de filles plutôt qu'une femme seule, avec le second personnage qui fait pénétrer Cara dans le côté obscur, qui l'initie à diverses choses. Là, le nom de Nikita Bellucci s'est tout de suite imposé. Et le duo entre Cara et Nikita a superbement fonctionné.

 

Un autre personnage important du film est celui de la belle-mère, interprété par la plantureuse Roumaine Sensual Jane.

C'est en effet un rôle très important. Il s'agit d'une quadragénaire, une femme forte et autoritaire parce que dans le film elle a épousé le père de Cara qui est extrêmement riche. Pour interpréter ce rôle, nous avons en effet fait appel à Sensual Jane. Cela faisait déjà longtemps que je l'avais repérée et que je voulais travailler avec elle. Et là elle était parfaite pour ce rôle parce qu'elle a une prestance incroyable, et c'était important pour incarner une femme qui évolue dans un milieu où il y a beaucoup d'argent. En plus, Sensual Jane a un tempérament sexuel très impressionnant et une poitrine exceptionnelle. Donc si vous aimez ce genre de femme forte, la scène de sexe dans laquelle elle s'amuse avec deux hommes devrait vous toucher.

 

Comment fonctionne ton duo avec Pascal sur un tournage ?

Pascal fait en réalité l'essentiel du travail qui se fait en amont, notamment concernant l'écriture du scénario. On crée la trame ensemble, mais ensuite, sur le déroulement de l'histoire, la façon dont les choses s'enchaînent, l'écriture des dialogues, ça c'est vraiment son domaine. C'est lui aussi qui s'occupe notamment de trouver les principaux décors. Moi, ensuite, je m'occupe plus particulièrement de tout ce qui est technique, l'organisation de l'équipe de tournage. Et puis, sur le plateau, Pascal s'occupe plutôt de la mise en scène, de la direction des acteurs, et moi je m'occupe du découpage et des prises de vue. Concernant la direction des scènes de sexe, ça dépend un peu de la thématique, des fois c'est lui qui le fait des fois c'est moi. Là, dans "L'héritière", il y a beaucoup de scènes qui se déroulent dans une ambiance S.M, et comme c'est un univers que j'aime et que je pratique déjà en tant que réalisateur dans ma série "Luxure", c'est plutôt moi qui ai dirigé le sexe.

 

Le film sort ce mois-ci, comment juges-tu le résultat ?

Tout le monde s'est vraiment donné à fond sur le tournage, acteurs comme techniciens. J'espère donc que le plaisir du spectateur à regarder ce film sera à la hauteur de l'énergie que nous avons déployée pour le tourner.