poster

Entre innocence et découverte d'un plaisir bestial

Lire la suite

Tenez-vous prêt : ces six magnifiques cavalières en uniforme vont vous en faire voir de toutes les couleurs !

Parties à la campagne pour un stage d'équitation d'une semaine, Marion, Sophie, Emma et les autres vont en profiter pour sauter sur tous les étalons de la région. Et ce n'est pas ce qui manque ! Vous allez vite vous rendre compte que leur appétit sexuel est sans limite !

A l'instar de toutes ses camarades de classe, Marion ne pense qu'au sexe ! Elle a donné rendez-vous au fils du boulanger pour un pique-nique, mais la jeune brunette a d'autre idées en tête ! Et elle va vite le lui faire comprendre en prenant son sexe massif dans la bouche. S'ensuit un coït survolté qui procurera de nombreux orgasmes à Marion.

Quelques jours plus tard, vous retrouverez la belle Marion en train de se faire sauvagement baiser en double pénétration par deux hommes d'écurie. Cette superbe pouliche finira par recevoir deux rasades de sperme dans la bouche.

Après leur leçon d'équitation, Alicia et Emma se lancent dans de torrides attouchements saphiques et se font surprendre par leur sévère conseillère d'éducation. A l'aide de sa cravache, cette dernière va se régaler en apportant toute son expérience et toute sa perversité dans cet incroyable trio lesbien.

Making Of

Le + edito

“Les filles sont jolies, les décors également. Superbe !”

Le réalisateur Franck Vicomte était parti pour tourner une suite à son film «Le dortoir des filles», une nouvelle histoire d’étudiantes délurées donc, prêtes à tout pour découvrir en compagnie de mâles expérimentés les plaisirs de l’amour charnel. Et puis finalement, avec les superbes décors qu’il avait trouvés et la qualité extrême du casting qu’il avait réuni, il a voulu faire plus qu’une simple suite : il a donc réécrit totalement son scénario et, tout en conservant l’aspect estudiantin, il a finalement mis en boîte un vrai nouveau film nommé «Jeunes cavalières».

Cette nouvelle réalisation signée Franck Vicomte met en scène une dizaine de jolies petites étudiantes qui partent en classe de découverte à la campagne. Après les cours habituels dispensés le matin, l’après-midi est réservée aux activités sportives et artistiques : équitation, canoë, peinture... Mais l’ambiance plus détendue régnant durant ces activités a également une autre propriété : celle de stimuler la libido de ces demoiselles qui du coup n’hésitent jamais à aller batifoler dès qu’elles en ont l’opportunité avec à peu près tous les mâles qui passent à leur portée.

 

La première à passer à l’action est la belle Marion. Elle, c’est le fils du boulanger du village où elles sont installées qui est dans son viseur. Alors pour le faire craquer, elle organise un pique-nique, débouche une petite bouteille et prodigue une fellation savante qui entraînera une joyeuse partie de jambes en l’air.


C’est alors qu’entre en scène Alicia, de loin la fille la plus délurée de la classe. Elle, pour sa part, ce n’est pas sur un garçon qu’elle a envie de sauter, mais sur une de ses petites camarades, la jolie Emma. Profitant d’un petit relâchement dans la surveillance de leurs professeurs, les deux petites coquines se cachent derrière de gros ballots de paille pour commencer à se dévorer tranquillement l’une l’autre l’abricot. Seulement voilà, pas de chance, la très sévère Conseillère d’Education s’est vite aperçue de l’absence des deux filles. Elle a donc immédiatement commencé à les chercher et les a très vite retrouvées. Punition assurée donc, assortie vraisemblablement de plusieurs heures de colle ? Que nenni ! La Conseillère d’Education se joint aux deux petites délurées, et c’est parti pour un trio lesbien littéralement endiablé où les langues et les doigts vont véritablement se déchaîner et investir à peu près tous les orifices possibles.

 

 

Le séjour va ainsi se poursuivre, sur le même rythme sexuel et endiablé, pendant encore plusieurs jours. La palme de la perversité reviendra à notre petite Française Lana Fever qui se rendra tard le soir dans la grande écurie de l’établissement pour y faire succomber à ses charmes le séduisant palefrenier qui y travaille, et qui se retrouvera finalement prise en double pénétration lorsqu’elle se fera surprendre en «pleine action» par le propriétaire des lieux. Réalisé donc par le talentueux Franck Vicomte à qui l’on doit déjà entre autres le hardissime «Les gros seins de l’infirmière», «Jeunes cavalières» est un film simple et frais dont la qualité principale est d’aller droit au but. Les filles sont jolies, les décors également, et ça baise presque non-stop pendant un heure et demie. Superbe !