Le sexe et la loi : épisode 1

Lundi 30 mai 2011Par Jane

Le sexe, qui idéalement ne devrait être qu’une partie de plaisir entre adultes consentants, a toujours constitué une source d’inspiration infinie pour les législateurs d’hier et d’aujourd’hui.


(Par contre cet article est difficile à illustrer… J’ai donc opté pour une image qui restitue tout le sérieux du monde des juristes, avec Jade Laroche dans « Jade, secrétaire de luxe », et c’est là que vous irez si vous cliquez dessus.)

… Mais revenons à nos moutons: nous vous proposons une liste de lois insolites toutes plus ou moins liées au sexe, en vigueur dans différentes parties du monde et à différentes époques.

Lois du temps jadis

Commençons avec une plongée dans le passé. Insolites, drôles, révoltantes, certaines de ces lois un poil archaïques survivent encore aujourd’hui dans les régimes les plus sévères …

Au Tibet, les femmes étaient autrefois contraintes par la loi à se prostituer. C’était une manière d’acquérir de l’expérience avant leur mariage.

Les Huns punissaient les hommes adultères, ainsi que les violeurs, en les émasculant. Les femmes adultères étaient simplement coupées en deux.

L’impératrice Wu Hu de la dynastie Tang a promulgué une loi très particulière concernant le sexe oral. Elle considérait que le fait qu’une femme satisfasse un homme était un symbole de la domination masculine. Elle décida donc que tous les dignitaires hommes qu’elle recevrait en audience seraient tenus de la satisfaire de la même manière afin de lui témoigner leur respect. L’impératrice entrouvrait sa robe, et les visiteurs s’agenouillaient devant elle pour embrasser ses parties génitales.

Autour de l’an 100 de notre ère, la tribu germanique des Teutons punissait toute personne surprise à se prostituer en l’étouffant dans des excréments.

Les vœux de chasteté d’une vestale romaine duraient 30 ans. Si elle était surprise à avoir des relations sexuelles avant la fin de cette période, elle était enterrée vivante.

En Espagne, au 17ème siècle, une femme n’avait le droit de montrer ses pieds qu’à son époux. Elle pouvait exposer ses seins librement, mais les pieds étaient considérés comme une partie intime, et devaient à tout prix être couverts.

Les romains écrasaient entre deux pierres les testicules d’un homme qui se rendait coupable de viol pour la première fois.

Les toutes premières églises chrétiennes interdisaient les rapports sexuels le mercredi, le vendredi et le Dimanche.

A Pompeii, une loi imposait aux prostituées de se teindre les cheveux en bleu, en rouge ou en jaune pour pouvoir travailler.

Il y a 6000 ans, les Egyptiens, qui furent les premiers à punir les crimes sexuels, sanctionnaient les violeurs en procédant à une castration totale. Les femmes adultères se faisaient quant à elles couper le nez, car on considérait que sans nez elle ne pourrait plus commettre ce crime.

Une prostituée française du 18ème siècle pouvait échapper à la punition en rejoignant l’Opéra.

C’est tout pour aujourd’hui. La prochaine fois, l’épisode 2 vous emmènera de nos jours, chez l’oncle Sam .

Toutes ces lois bizarres ont été répertoriées sur le site Dribbleglass.
Consulter la source (en anglais)

Tag :
Jane

Moitié punk moitié institutrice britannique de l'ère victorienne, je m'intéresse pas mal au sexe et à la société. A la société vue sous l'angle du sexe. Enfin au porno quoi. Voyez ce que je veux dire ... jane.dorcelblog@gmail.com

2 commentaires


  1. TamTam

    L’article du point de vue de nos amis de l’Oncle Sam risque d’être assez différent ! Quoiqu’au final, le « vice » se cache toujours là où on y pense le moins !


  2. TamTam

    « Moitié punk moitié institutrice britannique de l’ère victorienne » ==> ça c’est un joli mélange ! Aux premiers abords en tout cas !