L’histoire d’Aleska Diamond, 1ère partie

Jeudi 14 avril 2011Par Jane

Cette jolie jeune femme que vous voyez ci-dessous, vous êtes beaucoup à la connaitre, même si vous n’avez pas forcément vu les productions Dorcel les plus récentes.

Cette photo accompagnant notre logo 3D a été reprise dans de nombreuses publications généralistes, sexy ou professionnelles.

Elle s’appelle Aleska Diamond, elle est hongroise, et elle a mis toute sa grâce dans le strip-tease que nous avons réalisé avec elle l’an dernier, afin de présenter notre technologie 3D lors des différents salons audiovisuels de 2010.

Aussi êtes-vous quelques uns à l’avoir vue retirer lentement son soutien-gorge, avant de le faire jaillir de l’écran pour vous l’offrir sans façon, en un effet étonnamment réaliste qui vous a arraché plus d’une exclamation de surprise!

Incarnation de la 3D selon Marc Dorcel, Aleska Diamond est également une des stars les plus prometteuses du X actuel. Sa plastique naturelle, sculptée par des années de danse et magnifiée par une sensualité innée, est sans doute son premier atout, ainsi que vous pourrez le vérifier en consultant sa filmographie déjà abondante.

Mais Aleska est également une jeune femme généreuse et sympathique, qui a eu envie de confier à ses fans son histoire, en hongrois et en anglais.

En exclusivité et en partenariat avec Aleska Diamond, le Blog Dorcel vous en propose la version française, dont voici la 1ère partie , à découvrir dans la suite de cet article !
Bonne lecture.

L’histoire d’Aleska Diamond

Comment une fille venue d’une petite ville s’est-elle transformée en Aleska Diamond ?
Voici l’histoire de mon arrivée dans cette industrie, une fenêtre ouverte sur mes expériences, et les opinions de mes proches.

1 – Personne n’aurait pu l’imaginer !

Ma vie a commencé de façon très simple. J’étais une fille comme les autres, vivant dans une petite ville comme les autres, j’allais au lycée du coin, et je trainais avec mes amis…

A vrai dire, ma vie était agréable, mais banale. J’avais faim de quelque chose d’autre, j’étais déterminée à aller plus loin, d’une façon ou d’une autre.

J’ai décidé de déménager à Budapest pour poursuivre mes études à l’école de danse de la faculté des Arts. J’ai été acceptée dans cette école.
C’était un environnement assez surréaliste mais strict, je me trouvais à l’école jour et nuit, constamment occupée à danser ou à étudier.

« Je connais Aleska depuis que nous sommes gamines. C’est vraiment quelqu’un de bien. Même si elle est loin, je pense toujours beaucoup à elle, c’est vraiment une bonne amie » (Zsofi, amie d’enfance et voisine)

« Aleska et moi avons étudié ensemble à l’école de danse, elle était déjà bonne actrice à l’époque, d’après ce que je me rappelle. Elle est gentille, serviable, plutôt grande gueule, et elle n’a pas peur de dire aux gens ce qu’elle pense. En même temps, elle est patiente et elle écoute toujours ce que l’autre personne a à dire. C’est aussi quelqu’un qui a beaucoup d’empathie pour les autres. » (Feco, ami d’enfance)

«Nous nous sommes rencontrées à la fête des nouveaux élèves de l’école de danse, où d’un seul coup elle m’a prise en main : elle était déjà en train de préparer une chorégraphie pour nous deux, pour le spectacle du soir. C’était fantastique ! Même si, à l’époque, je n’aimais pas trainer avec elle : elle avait une personnalité un peu étrange et je me suis promis que je me tiendrais loin d’elle … Hé bien finalement ça n’a pas marché ! Avec le temps nous avons appris à nous connaitre. On passait pas mal de temps ensemble, on plaisantait beaucoup et on a fini par habiter ensemble dans un des bâtiments de l’école. J’ai appris à connaitre la personne qu’elle était réellement, quelqu’un d’honnête, d’accommodant, vraiment quelqu’un de bien ! On a tellement bien appris à se connaitre qu’elle est devenue ma meilleure amie, presque une soeur! « (Eperke, copine d’école et amie)

“Avec Aleska, on partageait la même chambre à l’école de danse de Budapest. Aleska est une personne très entière. Je me souviens que quand nous vivions ensemble, elle n’était pas timide, et elle passait beaucoup de temps à prendre soin d’elle. Elle avait ses propres produits de beauté pour le corps et le visage qu’elle préparait elle-même. Je n’oublierai jamais à quel point elle aimait danser . Elle avait un joli cahier dans lequel elle transcrivait toujours ses chorégraphies les plus récentes. J’aimais beaucoup les regarder!» (Lenke, coloc et amie)

Néanmoins, je finis l’école après 4 années d’étude … C’est à ce moment que ma vie a pris un tournant radical. J’ai décidé de ne pas retourner dans ma ville natale, mais de rester dans la capitale, ce qui voulait dire que je devais gagner ma vie. J’ai commencé à chercher du boulot. J’ai été serveuse, j’ai distribué des prospectus, vendu des glaces, j’ai été prof de danse et monitrice de pilates, et la liste est encore longue !

Mais pendant tout ce temps, j’avais la sensation que toute l’énergie que je mettais dans mes boulots ne m’apportait pas assez en retour. Les factures s’accumulaient. Certains jours, je me privais de manger pour être sûre d’avoir quelque chose à me mettre sous la dent le lendemain.

A suivre …

Tous les chapitres de la bio d’Aleska Diamond :

l’histoire d’Aleska Diamond 2 : la belle vie
l’histoire d’Aleska Diamond 3 : la glace se brise
l’histoire d’Aleska Diamond 4 : métamorphose
l’histoire d’Aleska Diamond 5 : travailler avec des filles comme avec des garçons
l’histoire d’Aleska Diamond 6 : aucune honte à avoir
l’histoire d’Aleska Diamond 7 : chaud et froid

Jane

Moitié punk moitié institutrice britannique de l'ère victorienne, je m'intéresse pas mal au sexe et à la société. A la société vue sous l'angle du sexe. Enfin au porno quoi. Voyez ce que je veux dire ... jane.dorcelblog@gmail.com