Le sexe oral causerait plus de cancers buccaux que l'alcool et le tabac ?

Lundi 21 février 2011Par Jane

Heureusement que les gourmandes suceuses qui font les belles heures de « Oral Deluxe Anthology » n’ont pas lu l’article dont je vais vous parler avant d’aller tourner leurs scènes, ou elles y auraient peut-être mis moins d’ardeur !

En conséquence de quoi, vous ne pourriez pas vous délecter de la meilleure anthologie de scènes de fellations : 125 scènes et 7 heures de fellation, administrées par les plus perverses gourmandes de l’industrie du X!

Et maintenant, l’article polémique en question : de la Suisse au Canada en passant par notre modeste France, on se gausse ou on s’effraye de la même info : sucer donnerait le cancer !

Les arguments des médecins en faveur de cette thèse sont peu ou prou les suivants :

On retrouve dans un grand nombre de tumeurs des traces de papillomavirus (MST déjà responsables de la majorité des cancers du col de l’utérus).
Etre porteur d’un papillomavirus rendrait 32 fois plus grand le risque de développer un cancer de la bouche . A titre de comparaison, fumer ne ferait que tripler ce risque, et boire, le doubler.
De nos jours les cancers de la bouche et de la gorge seraient logiquement davantage causés par la fellation et le cunnilingus que par l’alcool et le tabac.

De plus, ces médecins ont constaté une augmentation de 225% des cancers de la cavité buccale entre 1975 et 2010, ce qu’ils mettent en corrélation avec l’augmentation des pratiques bucco-génitales, notamment chez les jeunes .

Depuis, les réactions sur la toile semblent se scinder en trois grandes catégories :

- les éternels petits marrants, jamais en panne de blagues vaseuses (« vaut mieux fumer des pipes que les tailler »)

- les paranos modernes, qui soupcçonnent un lobby pharmaceutique de chercher à préparer un vaccin best-sellers en ruinant au préalable le moral des troupes.

- et enfin les paranos old-school, qui mettent ça sur le compte de chrétiens intégristes pas fun, oeuvrant à discréditer toute pratiques sexuelles non conformes à leurs guidelines (missionnaire dans le noir).

Sans oublier, peut-être, une quatrième piste : les considérables progrès médicaux accomplis, qui permettent de détecter des cancers de plus en plus tôt, dont ceux qui n’auraient jamais été repérés en 1975.

Tag :
Jane

Moitié punk moitié institutrice britannique de l'ère victorienne, je m'intéresse pas mal au sexe et à la société. A la société vue sous l'angle du sexe. Enfin au porno quoi. Voyez ce que je veux dire ... jane.dorcelblog@gmail.com