Dorcel Magazine #5 : l'édito d'Hervé Bodilis

Lundi 24 août 2009Par Ernest

Chères lectrices et chers lecteurs. Comme vous avez pu vous en apercevoir ces derniers jours, le Blog Dorcel a eu un léger soucis technique. Heureusement, rien de bien grave et vous pouvez désormais retrouver vos articles favoris (et d’autres à venir). Pour égayer un peu la fin des vacances, le 5ème (déjà) numéro du Dorcel Magazine est disponible depuis quelques jours chez votre marchand de journaux favori.

Après Marc et Grégory Dorcel, c’est au tour d’Hervé Bodilis, réalisateur de talent de séries chères au public telles que Russian Institute, Pornochic, Dorcel Airlines ou encore Fuck V.I.P, de prendre la plume et de rédiger l’édito du magazine que vous avez peut-être déjà dans les mains. Si ce n’est pas encore le cas, vous pourrez lire l’intégralité de cet édito et découvrir la couverture de ce numéro 5 du Dorcel Magazine dans la suite de cet article.

A la une ce mois-ci, la (très) charmante Jade Laroche que vous pourrez découvrir d’ici peu dans un Story of Jade chic et hard comme Hervé sait le faire. Au sommaire également, un reportage sur Russian Institute Back to School dont la sortie est prévue pour septembre, ainsi qu’une interview de la petite brune qui monte : Madison Parker.

Chers lecteurs,

Rien que la formule me fait sourire ; je préfère penser que vous êtes comme moi, au delà de la lecture de ce magazine, de véritables passionnés des femmes, des passionnés de l’image pornographique, si souvent décriée en public mais adulée en cachette. C’est un immense privilège que nous avons de pouvoir regarder avec son consentement une femme faire l’amour, nous livrer le moment le plus intime qui soit pour elle, ce qu’elle a de plus privé : sa nudité, sa sexualité, parfois sa perversité, souvent sa jouissance.

Regarder une femme jouir, effectuer une fellation, se faire pénétrer reste pour moi, 20 ans après avoir découvert ma première vidéo porno, un grand moment, un moment privilégié. Dès que j’ai découvert la pornographie, au milieu de toute l’offre de films disponibles, ma sensibilité m’a fait préférer l’univers retranscrit dans les films Dorcel. Pourtant jamais je n’aurais pu imaginer, lorsque je revenais tremblant d’émotion ou plutôt d’excitation de mon sex-shop de province avec ma VHS sous le blouson qu’un jour je serais de l’autre côté de la caméra, justement pour le compte de cette société si prestigieuse.

Après avoir amené ma petite pierre en tant que réalisateur, je suis aujourd’hui Directeur Artistique de ce magazine. C’est très gratifiant d’avoir la responsabilité de trouver les sujets, les dossiers, d’effectuer le choix des photos qui vous feront vibrer, comme je peux moi parfois vibrer en regardant des images de femmes nues, ou plus précisément dans mon cas, nues avec des bas noirs et des talons aiguilles.

Hervé Bodilis.

Ernest

Metalleux depuis tout petit, seuls les cheveux me manquent pour headbanguer comme il faut. Ajoutez à cela un goût immodéré pour le Porno et vous aurez vite compris que je suis i-rré-cu-pé-rable... Mais, si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi me suivre sur Twitter : @Ernest3X blog@dorcel.com