Zoom sur … Jenny Baby

Lundi 23 mars 2009Par Ernest

Vous ne connaissez pas encore Jenny Baby?

Pas de soucis, pour bien commencer la semaine, je vous offre une petite séance de rattrapage. Cette jeune hongroise a déjà tourné un nombre impressionnant de films (principalement des gonzos).

Elle est actuellement à l’affiche de L’honneur des Mariani (c’est elle qui fait du vélo sur la jaquette), produit par Marc Dorcel et de Escapade Buissonnière, produit par Harmony. Ces deux titres étant distribués ce mois-ci par Marc Dorcel.

Elle était également au casting de Russian Institute : Holidays, réalisé par Hervé Bodilis et jouais le rôle d’une jolie étudiante infirmière dans Yasmine à l’école d’infirmières.

Mais, une image étant plus parlante que des dizaines de mots, en voici quelques-unes (de photos) qui vous donneront un aperçu du physique plutôt avantageux de la demoiselle.

D’autres photos de Jenny Baby sont bien entendu disponibles dans la suite de cet article.

Ernest

Metalleux depuis tout petit, seuls les cheveux me manquent pour headbanguer comme il faut. Ajoutez à cela un goût immodéré pour le Porno et vous aurez vite compris que je suis i-rré-cu-pé-rable... Mais, si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi me suivre sur Twitter : @Ernest3X blog@dorcel.com

1 commentaire


  1. Stoiter

    Merci, Cowboy. Je crois que je suis un peu suspect sur la ptoelfarme du Monde.fr pour avoir e9te9 caustique sur certains sujets.Remarquez bien que dans des cas extreames, je pourrais comprendre une proce9dure d’internement psychiatrique quand il n’y a pas d’autre solution: nous avons bien actuellement dans nos HP des centaines de gens interne9s parce que psychopathes dangereux, et il peut eatre envisage9 e0 mon sens de tenir e0 l’e9cart un pervers dangereux pour de jeunes enfants pour prote9ger la socie9te9.Seulement dans ce cas, cela n’a plus rien e0 voir avec la justice, avec l’administration pe9nitentiaire: il s’agit d’un proble8me de sante9 publique qui n’a rien e0 voir avec l’e9motionnel .Et l’administration pe9nitentiaire commet une forfaiture (faute de moyens, pas de volonte9) quand elle ne fait pas l’impossible pour soigner AVANT la libe9ration. Et nous n’avons pas e9voque9 cette e9normite9 de9fendue par Dati: que la pe9nitentiaire ait acce8s au dossier me9dical du malade!