« Inglorious Bitches » : révélations du réalisateur Max Candy

Mardi 11 octobre 2011Par Jane

Nous vous proposons de retrouver, en exclusivité, une interview de Max Candy, qui a réalisé pour Marc Dorcel le film « Inglorious Bitches », dont vous n’avez pas fini d’entendre parler ! (Cliquez ici pour voir Inglorious Bitches en VOD)
Il y a beaucoup à dire sur ce film et nous n’allons pas y manquer, mais que rêver de mieux, pour donner le coup d’envoi, que les mots de son artisan principal ?
Confidences d’un authentique passionné…

Q: Parlez-nous du film

« Inglorious Bitches” , c’est l’histoire de deux jeunes femmes à l’époque de la seconde Guerre mondiale, surnommées Action et Intel, et jouées respectivement par Tarra White et Anna Polina. Leurs hommes sont assassinés par les cruels fascistes et elles décident alors de se venger.
Shakespeare l’a dit mieux que personne : «L’enfer n’a de pire furie qu’une femme blessée». Ces femmes vont rapidement assembler une équipe d’ « Inglorious Bitches » pour gagner la guerre !

Q: Que pouvez-vous nous dire à propos du casting ?

On a eu les meilleures ! Tarra White, Anna Polina, Eufrat, Cindy Dollar, Suzie Carina, Jenna Lovely … On a vraiment eu de la chance : toutes les actrices européennes les plus en vue du moment étaient là !

Q: C’est comment de travailler avec Marc Dorcel ?

C’est fantastique ! Je l’ai déjà dit auparavant, mais je n’hésiterai pas à le répéter. Marc Dorcel a une vision, il a compris que la qualité est très importante … Il est sophistiqué, et a une excellente compréhension du glamour et du contexte. Vous savez, le porno c’est une industrie de plus de 20 milliards de dollars par an, donc à mon sens c’est triste de constater que tant de films médiocres sont produits un peu partout.
A mon avis, de moins en moins de films sont vraiment regardables. Peut-être que je me fais vieux, mais je trouve que les scènes de sexe avec un contexte, du style et une atmosphère sont plus excitantes.

Q: Il y a eu des quantités de parodies récemment, non ?

Inglorious Bitches est avantage un hommage qu’une parodie. Vous me direz, quelle est la différence ? Hé bien je pense qu’un hommage essaie de s’inspirer de l’esprit d’une œuvre, et le décline d’une manière unique.
En fait, on essaye d’extrapoler autour de cet esprit, et non pas d’en faire la satire.

(La suite de l’interview vous attend dans la suite de l’article !) Q: Dans vos films il y a toujours des femmes fortes …

Oui ! J’aime les femmes ! J’aime tout en elles ! Je trouve étrange, pour ne pas dire triste, que ça ne soit pas le cas chez un grand nombre de gens dans ce business. Il y a clairement beaucoup de misogynie dans certains films. Ce n’est pas mon truc ! Personnellement, je veux voir des femmes sexy et puissantes, c’est ce qui m’excite, et j’espère que ceux qui verront le film y seront sensibles !

Q: Vous utilisez le mot “bitches” (salopes) , est-ce que ce n’est pas négatif ?

Non, un mot peut être employé de bien des façons, il s’agit toujours d’une histoire de contexte ! J’utilise et je pense au mot « salope » de façon positive. Dans un contexte féministe, ça suppose une femme forte, souvent très sexuelle et très sure d’elle, une femme qui peut même faire un peu peur aux hommes.
Un homme sûr de lui en matière de sexe, un homme qui fait ce qu’il veut, on le qualifie d’étalon ou de don juan. Comment pourra–t-on qualifier une telle femme ?

Q: En quoi votre film est-il différent ?

Un seul mot d’ordre : qualité ! On essaye de faire des films aussi proches du « cinéma traditionnel » que ce que nos budgets, acteurs et créativité nous autorisent. Plus il y a de qualité, plus les spectateurs sont prêts à rentrer dedans, et plus le film résonnera dans leur esprit.
On travaille à faire des films qui sont vraiment distrayants, qui ont des atmosphères riches, une dimension dramatique, un contexte spécifique, et bien entendu du sexe, qui a un intérêt universel.

Q: Quels étaient les challenges en faisant ce film ?

Un des plus gros challenges résidait tout simplement dans la dimension de cette production. Par exemple, je me souviens du jour où nous avons tourné la scène d’orgie. Nous avons du coordonner le travaille de 60 personnes, acteurs et techniciens compris, tout au long d’une journée de travail de 18 heures.
Tout le monde a assuré, mais ils ont tous fini un peu sur les nerfs, au fur et à mesure que les énergies s’épuisaient.
Un autre challenge a été de conserver ce feeling « années 40 », ça prend vraiment beaucoup de temps de vérifier chaque détail quand on travaille sur un film d’époque, le fait est que certains éléments nous ont échappé, mais que le résultat reste tout de même bluffant !
J’ai eu beaucoup de chance d’avoir le concours de tant de personnes talentueuses sur ce film.

Q: Quels sont vos projets pour la suite ?

Je travaille sur une nouvelle série pour une chaine câblée, dans le style HBO. J’écris les scripts, je planifie, je recherche des nouveaux talents, des actrices qui seraient ultra sexy mais également capables de jouer la comédie. Voici en gros ce que sera ma vie les 6 prochains mois.
Pour moi, c’est très important de continuer à relever des défis, de m’attaquer à des projets de plus en plus gros !

Read this ITV in english :

Q: Tell us about the film?

A: Inglorious Bitches (http://inglorious-bitches.com/) is about a couple of sweet innocent girls living during World War II; Action and Intel played by Tarra White @Tarra_White and AnnaPolina @AnnaPolina respectively, that sadly have their love killed by the Evil Fascists, so they decide to take their revenge. » Mr. Shakespeare said it best: « Hell hath no fury like a woman scorned » These women quickly assemble a rag tag team of « Inglorious Bitches to win the War.

Q: Tell us about the Cast?

A: Just the best: Tarra White, Anna Polina, Eufrat @EufratOfficial, Cindy Dollar, Suzie Carina @CarinaSuzie, Jenna Lovely @Jenna_Lovely, +++ We were so lucky – we really got all the top girls working in Europe.

Q: What is like to work with Marc Dorcel?

A: So fantastic, I have said it before, but, I will say I again. Marc Dorcel @Dorcel has a vision, he has an understanding that quality counts. . He is sophisticated and clearly understands glamour and context. You know, Porn is a 20+ billion dollar a year business, so, It’s sad in my option to see so much crap is made and out there. In my opinion, fewer and fewer films are even watchable. Maybe I am just getting old, but I find sex scenes with style, context and atmosphere = hotter sex scenes.

Q: There has been a plethora of parodies lately, no?

A: Inglorious Bitches is a Homage rather than a parody. What’s the difference you may ask? Well, I think a homage tries to take the spirit of a film and rerenders it in unique way. Trying – in fact, to build on an idea, rather than satirize it.

Q: Your Films always have strong women?

A: Yes, I Love women! I love everything about them! I find it strange or perhaps sad, but I think there are many in this Biz that do not. There is defiantly a misogynistic thing going on in some films – it’s not my thing. Personally, I want to see strong sexy powerful women – that’s what turns me on and I hope the viewers that like our films.

A: You use the word « Bitches » Is that not a negative?

No, a word has several means, again it’s always about context, I use and think about the word « Bitch » in a empowering way. Indeed in a feminist context, it indicates a strong, often very sexual and assertive woman, one who may make men even feel a little threatened. Think about it, if a man does what he wants; he’s a Stud. What do we call a women like that?

Q: How exactly is your Film different?

A: One word; Quality, We try to make films as close to real cinema as our budget/actors/creativity will allow. The more quality, the more audience is willing to suspend disbelief and the stronger a film resonates in people minds. We are working to make films that truly entertain, have rich atmospheric themes, drama, context and plus of course strong sex, which I feel has a universal appeal.

Q: What were the challenges in making this movie?

A: One of biggest challenge was just the sheer scale of this production. For example, I remember the day we shot the Orgy scene. We had to coordinate/motivate, 60 cast and crew on a 18 hour shooting day. Everyone was great, but nerves were certainly on edge, as peoples energy levels waned. The other was maintaining a true 40s feel, it really takes allot of time to fix details and check everything when doing a period piece, truth is a few things did get past us, but still the results were great. I am very lucky to have had so many amazingly talented people work on this project.

Q: What do you have planned next?

I am working on a new cable TV series, in an HBO style. I am scripting, planning, scouting and looking for new actresses that are sexy as hell and act. This is my life for next six months or so. For me, it’s always very important to keep challenging myself with bigger and bigger projects.

Jane

Moitié punk moitié institutrice britannique de l'ère victorienne, je m'intéresse pas mal au sexe et à la société. A la société vue sous l'angle du sexe. Enfin au porno quoi. Voyez ce que je veux dire ... jane.dorcelblog@gmail.com

1 commentaire


  1. Peter

    Je suis impatient de voir ce film.